Nouveau PROPIAS : programme national d’actions de prévention des infections associées aux soins, 2015
INSTRUCTION N°DGOS/PF2/DGS/RI1/DGCS/2015/ 202 du 15 juin 2015.
 

Le Propias s’appuie sur le parcours du patient lors de sa prise en charge dans les différents secteurs de l’offre de soins, qu’il s’agisse des établissements de santé et médico-sociaux (ES et EMS) ou des soins de ville.
Il vise à favoriser la mutualisation des moyens, la synergie, la cohérence et la continuité des actions de prévention tout au long de ce parcours de santé en priorisant les actes les plus à risque.
La DGOS, la DGS et la DGCS pilotent conjointement le Propias, un comité de suivi s’assure de sa mise en oeuvre et de la concertation des parties prenantes.

Le Propias s’articule autour de trois axes principaux qui reflètent les priorités actuelles de la prévention des infections associées aux soins (IAS) :

  • Axe 1 : Développer la prévention des infections associées aux soins tout au long du parcours de santé, en impliquant les patients et les résidents ;
  • Axe 2 : Renforcer la prévention et la maitrise de l’antibiorésistance dans l’ensemble des secteurs de l’offre de soins ;
  • Axe 3 : Réduire les risques infectieux associés aux actes invasifs tout au long du parcours de santé.

Axe 1, thème 3 : Promotion de la formation à la prévention des IAS de tous les intervenants (professionnels et usagers) du parcours de santé du patient

Objectif 3 : Il vise à augmenter et harmoniser le niveau de compétence des professionnels de santé et autres intervenants ainsi que la connaissance des usagers concernant la prévention des IAS

Action 1 : Renforcer la formation des professionnels de santé

  • Inscrire dans la formation initiale de tous les professionnels de santé (facultés de médecine, facultés de pharmacie, écoles de sage-femme, d’infirmières, écoles des métiers du paramédical…) un module d’hygiène et de prévention du risque infectieux, dispensé en priorité par des professionnels spécialisés en hygiène.
  • Rendre obligatoire la formation continue en hygiène, dispensée par des professionnels spécialisés en hygiène, de tous les professionnels de santé, y compris les correspondants médicaux et paramédicaux en hygiène (...) ;
  • Elaborer un référentiel métier « hygiéniste » (médical et paramédical) sous l’égide de la Société française d’hygiène hospitalière (SF2H) ; développer et harmoniser la formation continue des professionnels en hygiène (en ES, EMS, ARS et SRVA…) en pérennisant la formation à la PIAS comme axe de DPC ;
  • Inclure les formations en hygiène dans la construction du programme qualité et sécurité des soins des établissements, en les valorisant notamment lors de la démarche de certification.
  • Favoriser et exploiter les démarches relatives à la PIAS des représentations professionnelles (syndicats, ordres, unions, fédérations…).

 Action 2 : Utiliser les méthodes d’apprentissage par simulation et retour d’expérience

  • Inclure les mesures essentielles d’hygiène dans chaque grand thème de formation par simulation en santé ;
  • Former les professionnels en hygiène à l’utilisation et à la diffusion des outils de gestion des risques associés aux soins (GDRAS) (analyses de scenarii, visites de risque …), à la participation aux retours d'expérience (CREX, RMM) et à l’utilisation des outils d'analyse approfondie des causes des IAS évitables ;

 Action 3 : Former les patients en auto-traitement à la prévention du risque infectieux. Identifier les acteurs et partenaires pour favoriser la mise en oeuvre des précautions d’hygiène en auto-traitement.

 Action 4 : Former les RU et les impliquer dans la définition et le suivi des actions proposées dans les ES, en particulier à l’élaboration du programme d’actions Lin annuel local, intégré au programme d’actions de la CME.

  • Proposer des formations « compétences PIAS » aux RU, pour les aider à acquérir un savoir-être (mise en situation, théâtre-forum) et un savoir-faire (appropriation des résultats d’audits et enquêtes) ;
  • Instaurer une relation privilégiée entre le RU et l’EOH à travers sa participation effective aux activités du Clin et de l’EOH (plan d’actions Lin annuel, enquêtes, publication des résultats des indicateurs de qualité et de sécurité des soins (TdBIN…) ;
  • Impliquer les RU et les professionnels au niveau régional/national dans la traduction, pour le grand public, des résultats des surveillances ou d’enquêtes épidémiologiques. 


Les formations proposées par CERFHA sont en parfaite adéquation avec l'objectif n°3 décrit dans cette instruction.
Actualités